Cette nouvelle application, 100% gratuite, devrait intéresser les automobilistes. cPark est officiellement lancée ce jeudi. L’application est disponible à Bruxelles et à Anvers. “Mais l’idée est de rapidement couvrir l’ensemble des grandes et moyennes villes du pays”, précise Hadrien Crespin, le fondateur de cPark. L’application est disponible gratuitement sur iPhone et Android.

Elle indique en temps réel les zones de parking disponibles sur la carte, à Bruxelles et Anvers. “ Vous savez donc partout et à tout moment si le parking est gratuit, à disque ou payant”, précise Hadrien Crespin, qui a lancé cette start-up Bruxelloise lancée en mars 2017, avec Nicolas Cognaux. “De plus, l’application vous donne les tarifs, les horaires et la durée maximum de stationnement là où vous vous trouvez.”

Plus orginal, et sans doute, polémique: cPark vous informe sur les risques d’être contrôlé sur tel parking, sur les heures où les agents sanctionnateurs passent le plus régulièrement. L’application vous dira par exemple: “Ici, les agents passent le plus souvent entre 9 et 10h du matin, par contre, à 15h il n’y que 30% de chances d’être contrôlé.” cPark fonctionne fondamentalement sur le même principe que Coyote. Ce sont les utilisateurs qui fournissent et échangent les données, par exemple sur les détails de l’a mende reçue.

Mieux, l’application signale également la présence d’un agent à proximité, ou si le temps de stationnement arrive à terme. “Les utilisateurs recoivent par exemple une notification leur disant: “ attention, il y a un agent à 100 mètres. C’est parfaitement légal. Nous avons pris nos assurances auprès d’un bureau d’avocat”, assure le fondateur. “La communauté est l’élément clé de cPark car c’est grâce à elle que les risques de contrôle sont calculés. La phase test a largement dépassé nos attentes car nous avons déjà plus de 5000 utilisateurs et ce, uniquement grâce au bouche à oreille. Notre but est d’atteindre 20 000 utilisateurs d’ici la fin de l’année ».

Lien vers l’application : https://cpark.app.link/dl

 

 

Source : DH
Rédigé par ADRIEN DE MARNEFFE